Un amour inachevé

不了情 (Bu liao qing)
dimanche 28 août 2011

Unique enfant d’un couple désuni, YU Jiayin est une jeune fille pauvre venue à Shanghai pour tenter de gagner sa vie ; grâce à une ancienne camarade de classe, elle trouve un emploi comme préceptrice, pour s’occuper de la petite fille d’un homme d’affaires, XIA Zongyu, dont l’épouse, souffrante, a été obligée de partir se soigner à la campagne. La petite Xiao Man s’attache peu à peu à sa préceptrice, mais, très vite, son père aussi, au grand dam de la servante, commère et acariâtre, et bientôt de l’entourage familial, tandis que le père de Jiayin manigance en coulisse pour tenter de profiter
de la liaison de sa fille afin de trouver un emploi.
Finalement, pour éviter de briser le foyer de Zongyu qui parle de divorcer, mais pensant surtout à préserver le bonheur de la petite fille qui a l’âge qu’elle avait lorsque son père a abandonné sa mère pour se remarier, Jiayin préfère quitter Shanghai.

Ce film est à la fois le premier scénario écrit par Zhang Ailing et le premier film du studio Wenhua, créé peu de temps auparavant, en août 1946, par Wu Xingzai.
Zhang Ailing (ou Eileen Chang) est née à Shanghai en septembre 1920, dans un ménage aussi désuni que celui du film ; son père était opiomane et sa mère divorça et l’abandonna enfant. Elle fit preuve d’un talent littéraire précoce, commençant à écrire dès le lycée des nouvelles qui étonnèrent même son professeur. Ses plus belles œuvres datent des années 1940, et reflètent l’atmosphère délétère qui fut celle de ses jeunes années tout comme l’échec de son premier mariage. En 1952, elle partit pour Hong Kong, et de là, en 1955, pour les États-Unis où elle se remaria. Après la mort de son second mari, en 1967, elle termina sa vie recluse et solitaire, faisant surtout de la recherche littéraire. Sa propriétaire la retrouva morte dans son appartement de Los Angeles en septembre 1995. Elle est aujourd’hui reconnue comme la figure emblématique de la littérature de Shanghai de l’avant-guerre. Il faut ajouter à son crédit son talent peu connu de scénariste.
Wu Xingzai était un personnage atypique, bouddhiste et apolitique, un intellectuel lié à la tradition mais ouvert aux idées nouvelles qui avait participé au développement du studio Lianhua dans les années 1930. En fondant la Wenhua en 1946, il avait pour objectif de produire des films à petit budget, dans des genres - comédies ou mélodrames - prisés du public, mais de grande qualité, sur des sujets éventuellement adaptés d’œuvres littéraires. Les films de la Wenhua sont parmi les meilleurs de l’époque.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 207 / 231025

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 2 - Les Archives du festival  Suivre la vie du site Les films par année  Suivre la vie du site 2011  Suivre la vie du site 2 - Hommage à SANG HU (1916-2004)   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.3 + AHUNTSIC

Creative Commons License