La romance d’un marchand ambulant de Zhang Shichuan

《劳工之爱情》, ou zhìguǒyuán (掷果缘)
mardi 22 octobre 2013

Scénario : Zheng Zhengqiu
Réalisation : Zhang Shichuan (张石川)
Production : Mingxing
Avec : Cheng Cheh Ku/Zheng Zhenqiu, Cheng Kung/Zheng Zegu, Yu Ying
1922 , 23min, Genre : burlesque

Le fruitier Cheng, auparavant charpentier, aime la coquette fille de l’impécunieux docteur Zhu, voisine de l’échoppe en face à qui il lance des fruits. Le boutiquier s’avère prêt à tout afin de gagner l’amitié paternelle. Pour son commerce florissant, le vendeur Cheng utilise ses anciens outils, à commencer par l’équerre, emblématique : humoristiques scie, hache, rabot… Le thérapeute, ne pouvant facilement payer son loyer, cherche avidement des patients, confirmant que les médecins engendrent les maladies. La bien-aimée confie son mouchoir, linge intime trophée fétichisé, au soupirant, le rendant jovial, voire généreux à l’égard d’enfants. Le commerçant Cheng demande officiellement en mariage au père, qui, affairiste, promet à celui qui améliorera ses affaires.

Une bagarre entre deux prétendants dans la salle de mah-jong au-dessus de la chambre occupée par le protagoniste le réveille en pleine nuit, à qui vient l’idée de mobiliser son précédent métier afin d’exécuter le marché conclu avec le futur beau-père. Le malin ex-menuisier remplace les marches de l’escalier, devenu toboggan escamotable, et manipulera de telle sorte le piège dans lequel quatorze victimes, plus ou moins ivres, tomberont en descendant.

Romance of a fruit peddler

Pléthore de lésions : jambe, bras, cou… Face à l’affluence d’estropiés, le coquin marchand prête même un cou de main au médecin charlatan. Au dénouement, le praticien, dont la boutique fructifie, donnera le coquet tendron au fruitier sans scrupules.

Zhang Shichuan, qui filmera une vingtaine d’années plus tard, avec son et chants, l’immense Zhou Xuan, et Zheng Zhengqiu cofondèrent la 明星, Mingxing. 掷果缘, premier film chinois complet conservé, muet survivant, représente déjà la fin d’un âge : le slapstick, accumulant les gags, au sein d’un monde simple. Le cinéma des attractions brille ici de ses derniers feux avant de laisser la place au septième art. Seul un point de vue anachronique considérerait Un marché fructueux comme un film à caractère expérimental : en fait, film d’exploitation, de la veine burlesque à l’origine américaine.

A l’instar de Charlot, clown cloné par Richard Bill, Cheng incarne un ensemble de vices tournés en dérision, sujets à désapprobation publique : on rit de l’autre, certainement pas de soi-même, face à la complexité des relations humaines. Au demeurant, le comique de répétition exploité par le tapageur Marché fructueux ne relève absolument pas d’une quelconque simplicité, mais de la facticité et s’inscrit à une tradition théâtrale. Révélateur retentissement du burlesque américain : Zheng Zhegu s’inspirera directement de Charles Chaplin pour Da Nao Guai Ju Chang.


Portfolio

Romance of a fruit peddler Romance of a fruit peddler
Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 257 / 230930

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 2 - Les Archives du festival  Suivre la vie du site 30 - Le 8e Festival du Cinéma Chinois de Paris  Suivre la vie du site Les ciné-concerts   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.3 + AHUNTSIC

Creative Commons License