Accueil > 2 - Les Archives du festival > 40 - Le 7e Festival du Cinéma Chinois de Paris > 2 - Hommage > 2 - Hommage

2 - Hommage

Tous ses films muets seront présentés en ciné-concerts, avec une musique originale composée spécialement pour notre Festival, en créations mondiales.


Hommage à Sun Yu (1900 - 1990)

Six de ses chefs-d’œuvre tournés de 1933 à 1958 seront prêtés par les Archives du Film de Chine.

- Le petit jouet (1933, avec Ruan Lingyu), musique de Wu Bing, film accompagné par des instruments traditionnels chinois : pipa (luth), erhu (violon à deux cordes), dizi (flûte en bambou), guzheng (citare)

- La Rose sauvage(1933), musique de Zhang Chun, préenregistré à Pékin

- La Reine du sport (1934) musique de Gao Chunhe, avec trompette, flûte, violon, violoncelle et pipa

- La Route (1934)

- Avec le Vent en poupe (1957)

- Deux stars (de Shi Dongshan, 1931), ciné-concert, musique de Baudime Jam, quatuor Prima Vista, création mondiale

- La légende de Lu Ban (1958)


Rétrospective Wang Xiaoshuai

Les films attendus sont :

- La Chanteuse vietnamienne (So Close to Paradise, 1999)

- La bicyclette de Pékin (2001)

- Shanghai Dreams (2005)

- Une famille chinoise (2008)

- Onze fleurs(2011)

Articles de cette rubrique


La Bicyclette de Beijing, de Wang Xiaoshuai (2 - Hommage)

Shi Qi Sui De Dan Che - 十七岁的单车
jeudi 21 juin 2012

Bénéficiant de financements étrangers, franco-taïwanais, l’Ours d’argent au 51ème Festival du film de Berlin, inspiré par un autre voleur de bicyclette, celui signé par Vittorio De Sica, commence comme un documentaire laconique, à travers le dédale de la vieille Beijing. Mais celle-ci disparaît.



So Close to Paradise, de Wang Xiaoshuai (2 - Hommage)

Bian Dan, Gu Niang - 扁担•姑娘
jeudi 21 juin 2012

L’œuvre ambitionne le film d’auteur, avec sa voix off, digressif, sinon transgressif. La femme fatale s’inscrit au sein d’une double relation triangulaire, puisqu’elle attire non seulement son amant officiel et son violeur, mais encore l’inexpérimenté Dong Zi. Film d’initiation également : sur la perte de l’innocence ou sa redécouverte.

Le cinéaste utilise talentueusement la palette des couleurs, conférant unité filmique et cohérence psychologique. Les prises de vues à la caméra portée soutiennent à la fois suspense et aspect documentaire.
Wang Tong assume son personnage de Ruan Hong. Celle-ci, lors de sa scène finale, abandonne son maquillage d’entraîneuse au profit de la simplicité et de la pureté.



La Rose sauvage, de Sun Yu (2 - Hommage)

Ye Mei Gui - 野玫瑰
jeudi 21 juin 2012 par Raymond Delambre

Wang « Ren Mei », « Jolie Personne », effectivement, ravissante incarnation de Xiao Feng, donne la réplique à son futur mari, le séducteur Jin Yan, talentueux interprète de Jiang Bo. Mixte d’innocence enfantine et de sensualité féminine, dépassant Silvana Mangano dans Riz Amer, Wang Renmei assume les nombreux changements de ton, entre comédie et drame, avec un art consommé, typique de l’art théâtral. Li Lili saura aussi utiliser son expérience du spectacle vivant pour briller devant la caméra.

À l’instar des troupes théâtrales, des acteurs récurrents chez Sun Yu l’aident à caractériser ses personnages. Ainsi, le metteur en scène Zheng Junli, ami fiable de Jiang Bo, lettré mais bien plus avisé que l’artiste peintre, interprète Xiao Li, travaillant ici à la peinture de réclames occidentales, même d’automobiles. Zhang Zhizhi incarne le père de Xiao Feng : nous présentâmes, lors de la sixième édition du Festival du Cinéma Chinois de Paris, son rôle le plus important dans Shen Nu.

Raymond Delambre,

Film accompagné d’une musique composée par Zhang Chun,
avec un montage de Wang Hong.



La légende de Lu Ban, de Sun Yu (2 - Hommage)

Lu Ban De Chuan Shuo - 鲁班的传说
jeudi 21 juin 2012

Une atmosphère pleine de mystère et de poésie. Fascinante interprétation
de Wei Heling.



Avec le vent en poupe, de Sun Yu (2 - Hommage)

Cheng Feng Po Lang - 乘风破浪
jeudi 21 juin 2012

Un film réalisé en l’honneur des premières femmes devenues pilotes de
bateaux. Sun Yu en fait une comédie pleine de fraicheur de d’humour tout à fait révélatrice de l’optimisme des années 50. L’emploi de la couleur et le choix d’acteurs jeunes et fort beaux concourent à l’impression générale d’euphorie.



Onze fleurs, de Wang Xiaoshuai (2 - Hommage)

Wo 11 - 我十一
jeudi 21 juin 2012

Onze fleurs, tourné à Si Mian Shan au Sichuan, coûta 2,1 millions de dollars, dont 20 000 dollars octroyés par le Plan de promotion de Pusan en 2008 et 52 000 dollars alloués par les Portes ouvertes de Locarno en 2009. Nominé comme meilleur film pour enfants 2011 aux Asia Pacific Screen Awards, il s’agit du premier film ressortissant officiellement du nouvel accord pour la coproduction sino-française signé en 2010 : la contribution française réside dans la post-production. D’où sans doute la musique d’accordéon. Tant l’époque considérée, de la Révolution culturelle, que les filmage et cadrage évoquent la littérature des cicatrices ainsi que Chen Kaige ou Zhang Yimou. Cependant, Wang Xiaoshuai, à travers la vision subjective et partielle de son enfant protagoniste, conjure, comme à l’accoutumée, l’effusion sentimentale.



La Route, de Sun Yu (2 - Hommage)

Da Lu - 大路
jeudi 21 juin 2012

Le film a été tourné en décours naturels et le chantier était véritable. Les acteurs se sont mêlés aux ouvriers, travaillant et chantant avec eux. Sun Yu raconte qu’il a plus ou moins écrit le scenario en fonction des acteurs qu’il avait choisis, de sorte qu’ils ont gardé leur personnalité et même leurs noms. Par exemple les deux filles étaient très différentes : l’une ouverte et gaie (Li Lili), l’autre douce et tendre (Chen Yanyan), comme elles l’étaient dans la vie.

Dans ce film, il y a beaucoup de scènes gaies ; pourtant ce n’est pas une comédie. Mais malgré le drame final, dans l’ensemble le film est
optimiste… Les chansons et la musique accompagnent les mouvements et les soulignent. Le Chant de la route a été écrit par Nie Er ; je voulais quelque chose comme Les Bateliers de la Volga. Il participa au tournage et c’est lui qui écrivit la musique des chansons.
[…]Pour moi, la forme de l’œuvre artistique est déterminée par le contenu. On ne peut pas faire entrer les films dans des formes préexistantes. Il y aura toujours de nouvelles formes.

D’après « Souvenirs » de Sun Yu, in Dianying yishu, mars 1982.



Une famille chinoise, de Wang Xiaoshuai (2 - Hommage)

Zuo You - 左右
jeudi 21 juin 2012

Le Festival de Berlin décerna l’Ours d’argent pour son scénario en 2008 à cet intense mélodrame, à l’instar des décor et climat pékinois. La scène d’ouverture révèle la désorientation urbaine contemporaine. Cinématographiquement, les longs plans fixes éloignent de l’humanité.



Shanghai Dreams, de Wang Xiaoshuai (2 - Hommage)

Qing Hong - 青红
jeudi 21 juin 2012

Prix du jury au Festival de Cannes en 2005, le film, sur une trame classique, vaut peinture du quotidien, bénéficiant de cadrages composés, destinés à distiller une impression d’enfermement.



La Reine du sport, de Sun Yu (2 - Hommage)

Ti Yu Huang Hou - 体育皇后
jeudi 21 juin 2012

Ciné-concert accompagné par une musique de Gao Chunhe, création mondiale interprétée par Zhang Xiaomo.



Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 231025

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 2 - Les Archives du festival  Suivre la vie du site 40 - Le 7e Festival du Cinéma Chinois de Paris  Suivre la vie du site 2 - Hommage   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.3 + AHUNTSIC

Creative Commons License