Le mariage d’une immortelle

天仙配 (Tianxian pei)
dimanche 28 août 2011

L’empereur de jade, souverain du ciel, a sept filles, la septième, une tisserande très habile est traditionnellement un modèle pour les jeunes filles chinoises, surtout à la campagne. Un jour qu’elle est allée se promener sur terre avec ses sœurs, elle aperçoit un pauvre bouvier, Dong Yong, réduit en esclavage pour payer l’enterrement de son père. Prise de pitié, elle décide de rester auprès de lui pour lui venir en aide. Ils tombent amoureux l’un de l’autre et se marient. Quand l’empereur de jade s’en aperçoit, furieux, il rappelle sa fille auprès de lui. Obligée de s’exécuter elle remonte au ciel, au comble de la douleur. L’empereur de jade se laisse alors attendrir et accepte qu’elle retrouve son amoureux une fois l’an, le septième jour du septième mois. Ce jour-là, des deux côtés de la Voie lactée les constellations du bouvier et de la tisserande se rapprochent ; ils peuvent alors se retrouver au milieu du « pont des pies ».

C’est pourquoi, en Chine, le septième jour du septième mois est la fête de l’amour. Cette légende populaire revêt de nombreuses formes : contes, ballades chantées, avec des variantes d’une région à l’autre.

Elle est particulièrement aimée du public sous la forme d’opéra huangmei (huangmei xi). Jouée ici par la troupe provinciale de l’Anhui, cet opéra fut adaptée au cinéma par SHI Hui, sur un scénario de Sang Hu, avec un grand respect de l’œuvre originale car tous deux étaient de grands connaisseurs du théâtre chanté.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 240 / 241971

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 2 - Les Archives du festival  Suivre la vie du site Les films par année  Suivre la vie du site 2011  Suivre la vie du site 2 - Hommage à SANG HU (1916-2004)   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.3 + AHUNTSIC

Creative Commons License