La Nuit de noce

洞房花烛夜 (Dongfang huazhu ye)
dimanche 28 août 2011

Dans un bourg du Jiangnan, Lin Jifen et sa mère vivent chez l’oncle maternel de celle-ci, à la tête du clan Liang. A l’occasion d’une cérémonie en l’honneur des ancêtres du clan, il fait venir de Shanghai son fils, Liang Shaosong. Heureux de se retrouver, Shaosong et Jifen sont bouleversés d’assister à la terrible punition d’ une jeune mariée du clan Liang, chassée par son père qui, selon les règles de l’époque, est déshonoré parce que la nuit de ses noces son mari a découvert qu’elle n’était pas vierge. Avant de repartir pour Shanghai, le père de Shaosong annonce à la mère de Jifen qu’il a l’intention de marier les deux cousins.
A Shanghai, Shaosong apprend par le journal que le bourg familial a été attaqué par des bandits. Très inquiet, il se rend immédiatement sur les lieux. Il retrouve Jifen avec soulagement et la ramène à Shanghai avec sa mère. Mais, sans qu’il comprenne bien pourquoi, la jeune fille semble avoir perdu sa gaité...

Le film est réalisé par ZHU Shilin, qui fut le maître de Sang Hu, celui qui l’initia au cinéma. Scénariste et réalisateur ZHU Shilin (1899-1967) fut l’un des plus grand cinéastes de son temps. D’abord, dès le début des années 1930, à la Lianhua, aux côtés de SUN Yu et de BU Wancang, puis à la Xinhua pendant la guerre sino-japonaise et enfin à Hong Kong à partir de 1945, où il fait tant de beaux films parlant chinois mandarin qu’on a parfois tendance à méconnaître tout ce qu’il avait fait avant. C’est à Hong Kong qu’il réalise en 1948, pour la Yonghua « Histoire secrète de la cour des Qing » (Qing gong mishi), très beau film, magnifiquement mis en scène et interprété, qui malheureusement se retrouvera, presque vingt ans plus tard, et pour des raisons qui n’avaient pas grand chose à voir avec le film lui-même, au cœur des luttes de la Révolution culturelle. ZHU Shilin, qui toute sa vie avait été un progressiste acquis aux idées nouvelles (ce qui est particulièrement clair dans « La Nui de noce ») fut si bouleversé par une violente critique du film « Histoire secrète... », parue dans un journal de Hong Kong le 5 janvier 1967, sous la signature de YAO Wenyuan, qu’il en mourut dans la nuit.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 261 /

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 3 - Les Archives du festival  Suivre la vie du site Les films par année  Suivre la vie du site 2011  Suivre la vie du site 2 - Hommage à SANG HU (1916-2004)   ?

Site réalisé avec SPIP + AHUNTSIC

Creative Commons License