Frédéric Mitterrand

Ministre de la Culture et de la Communication
lundi 5 septembre 2011

Alors que 1905 marque le soixantième anniversaire du célèbre interprète de l’Opéra de Pékin, Tan Xinpei, le directeur de la Maison de la photographie Fengtai, Ren Qingtai, produit le film précurseur du cinéma chinois, Mont Dingjun. En plus de 100 ans d’existence, ce cinéma a connu de grands bouleversements. Avec plus de 530 films produits par an, la production cinématographique chinoise est à l’heure actuelle la troisième au monde après l’Inde et Hollywood, pourtant sa diffusion reste dans nos salles anecdotique.

Le festival présente, chacun l’aura mesuré, un large éventail de productions de réalisateurs confirmés, primés, de jeunes premiers. Il permet aussi une très large gamme de supports, du documentaire au film d’animation, traduction de la vitalité et de la créativité de ce cinéma auquel nous sommes peu familiers.

Bien que le premier film chinois soit né à Pékin, c’est à Shanghai, quinze années plus tard, que l’industrie cinématographique voit le jour. Ce cinéma se développe dans les années tourmentées de l’histoire de la Chine, et c’est à partir de 1931 que le cinéma chinois atteint sa maturité.

La rétrospective retrace la richesse des thèmes fournis par l’expérience des années de guerre et le choc des révolutions sur la société chinoise, représentant des épopées historiques à caractère poétique qui retracent une histoire où destin personnel et « naissance d’une nation » s’entremêlent admirablement. Films historiques, reflets de la vie quotidienne, films de cape et d’épées, de Kung-fu, films d’auteurs sentimentaux, traduisent la diversité du cinéma et de la culture de l’image en Chine.

Le réalisateur Sanghu sera mis à l’honneur dans cette sixième édition du Festival du Cinéma Chinois de Paris, avec une rétrospective de ses films des années 40 - 80. Ce sera l’occasion de découvrir ce cinéaste de Shanghai prolixe aux multiples chefs-d’œuvre, comme l’attestent Vive ma femme, Un Amour inachevé, ou Tristesse et joie de l’âge mûre, encore trop méconnu du public français.

Ce festival invite les cinéphiles à mieux appréhender la culture chinoise, à se tourner vers un cinéma riche et innovant, à faire justice de son empreinte culturelle, comme en témoignait déjà en 1982 ce propos du critique italien Ugo Casiraghi saluant Les anges du boulevard de Yuan Muzhi, film de 1937, « Le néo-réalisme ? Il est né à Shanghai ! ».

En d’autres termes, le Festival du cinéma chinois de Paris nous offre les regards du monde pour nous aider à changer notre regard sur le monde, celui qui fut et celui qui vient, où la Chine aura une influence de plus en plus forte.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 388 / 227624

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 2 - Les Archives du festival  Suivre la vie du site 50 - Le 6ème Festival du Cinéma Chinois de Paris  Suivre la vie du site 0 - Les éditos   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.3 + AHUNTSIC

Creative Commons License