Fu Hongxing

Directeur Général des Archives du film de Chine
lundi 5 septembre 2011

Éditorial de Monsieur Fu Hongxing, Directeur Général des Archives du film de Chine

Nous sommes très heureux du succès rencontré lors des cinq éditions du Festival du Cinéma de Paris, ce qui confirme tout l’intérêt d’offrir des films chinois de qualité au public du Festival. Cette sixième édition rend hommage à Sang Hu, un réalisateur et scénariste renommé, avec une rétrospective de ses œuvres couvrant cinq décennies.

Parmi les réalisateurs chinois, Sang Hu a un regard particulier : ses films traitent de "moments de joie et de tristesse", d’une "vie imparfaite". Il parvient à sublimer la banalité. Sensible aux aléas de la vie sentimentale, aux conflits familiaux ou encore aux liens d’amitié, il traite de ces sujets avec un certain humour. Dans son cinéma, il fait surgir la profondeur de moments insignifiants.

Ses œuvres sont simples et vives, comme un violon qui répand des airs avec douceur et sensibilité, illustrent le panorama du bonheur et des malheurs, des joies et des peines, en donnant de la chair à ses histoires.

Sang Hu a couvert presque tous les genres cinématographiques. Il a contribué à trois premières après 1949 dans l’histoire du cinéma chinois : il a réalisé le premier opéra filmé en couleur « Liang Shanbo et Zhu Yingtai » - " Roméo et Juliette chinois" , la première fiction en couleur « Le Sacrifice du nouvel an », le premier film en relief en couleur« Les Aventures d’un magicien ». Nous sommes ravis que ces trois films soient présentés dans cette édition. Le Festival donne l’occasion d’apprécier ses chefs-d’œuvre « Un amour inachevé », « Vive ma femme », « Tristesse et joie de l’âge mûr », « La Dot en carton ». Dans ses films, Sang Hu mit en scène la vie familiale des habitants de Shanghai, élargit le spectre du cinéma chinois. Avec les petits conflits entre le bien et le mal, la haine et l’amour, Sang Hu ajoute des thèmes de la vie quotidienne au réalisme social, en passant des images monochromes politiques aux couleurs vives de la vie dans toute la diversité humaine. Contribuant au cinéma urbain chinois, ces films stimulèrent l’intérêt du public citadin, en montrant l‘impuissance et l’angoisse de certaines couches sociales dans des scènes presque naturalistes.

Le cinéma est toujours considéré comme un "miroir", la vie sur l’écran reflète la vie hors du cinéma. Lorsque la fiction rencontre la vie, ce sont le charme et l’émotion du cinéma qui surgissent. Une formule chinoise disait « Tirer leçons de l’histoire ». Le meilleur moyen de se connaître est de regarder dans l’histoire. En découvrant le passé à l’aune du présent, on peut mieux s’orienter à l’avenir. Il faut creuser dans le passé et s’ouvrir largement vers l’extérieur, découvrir la diversité des populations et des cultures. C’est l’autre voie pour réfléchir sur soi, pour connaître le monde. Les Chinois axent toujours leurs réflexions sur ces deux dimensions. Nous offrons au public français l’occasion de suivre la vision cinématographique de Sang Hu, pour entrer dans la vie des Chinois ordinaires à différentes époques. Je n’ai aucun doute que les cinéphiles français trouveront, grâce à Sang Hu, la voie suivie dans le passé, le présent et le futur par les Chinois dans tout son relief.

Nous avons le grand plaisir de montrer cet art cinématographique chinois exceptionnel dans le cadre du Festival. Nous serions ravis que de plus en plus de spectateurs français aiment ces films. Nous souhaitons à tous nos amis spectateurs de passer d’agréables moments.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 238 / 232940

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 2 - Les Archives du festival  Suivre la vie du site 50 - Le 6ème Festival du Cinéma Chinois de Paris  Suivre la vie du site 0 - Les éditos   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.3 + AHUNTSIC

Creative Commons License